Cliquer sur l'un des liens ci-dessous pour accèder à l'article que vous souhaitez lire:

   le 09 août 2018, lettre ouverte à Madame Hélène Malé Maire de Claira.

piaison1

Madame le Maire,

J'ai commencé par vous soutenir, j'ai voté toutes vos délibérations. Mais, au fil des semaines vous avez montré un visage que je ne connaissais pas. Vous vous êtes démarquée largement de José PUIG en annulant ou renonçant à tous ses projets.

Je trouve particulièrement choquant que vous ayez attendu le 2ème numéro du bulletin d'informations municipales pour rendre hommage au regretté Maire José PUIG. Soit plus de 5 mois après son décès.

Et quel hommage ou plutôt quel parjure ! Vous n'avez de cesse que de détricoter tous les projets de José PUIG. Je vous renvoie à vos propres phrases:

"Avec la même équipe, nous continuons l'oeuvre qu'il a commencée et tous ensemble, nous sommes unis etc.etc."

Madame, les mots ont un sens. On ne peut impunément affirmer quelque chose et faire son contraire. Madame le Maire, pour une fois, nous sommes d'accord. Je ne veux pas faire partie de cette équipe. Je défendrai les projets de José PUIG, "becs et ongles".

 

Le Collège.

Vous affirmez que c'était la volonté de José PUIG de déplacer le Collège à la zone Carrefour, mais après stupeur de ma part et après vérification je ne trouve rien d'écrit sur ce sujet, que vos mots ....

Au contraire, je suis comme les 4000 Clairanencs qui ont reçu Entre-Nous n°160 dans leurs boites aux lettres et les 400 personnes qui ont assisté aux voeux de 2012.

Ce sont des faits écrits et gravés dans le marbre, rien d'autre.

Monsieur José PUIG se félicitait d'un spectaculaire développement au cours des 10 prochaines années 2012-2022:

Extrait du numéro 160 janvier 2012 :

collège

Ce qui est plus grave est le fait que votre projet est très loin d'être abouti. Vous pénalisez gravement l'avenir de Claira, sur le plan de l'aménagement de notre espace commun, sur le plan financier, sur le plan de la sécurité routière ainsi que sur le plan humain. Mettre un collège 600 dans une zone commerciale et à 6km de notre village, c'est donné un signe clair à notre jeunesse de l'intérêt qu'ils ont à nos yeux. Les jeunes, cette nuisance, le plus loin possible!...

Ce n'était pas la manière de travailler de José PUIG, je suis désolé.

J'en veux pour preuve votre aveu d'impuissance pour l'achat des terrains (conseil municipal du 8 juin 2018). Vous avez lancé ces achats amiables (5,50€ le m²) et vous butez lamentablement sur les propriétaires qui veulent plus, 20€, 30€ et plus encore le m².

De surcroit vous demandez au Préfet de lancer une DUP (Déclaration d'Utilité Publique) en vue d'expropriation. Cela sent l'impréparation et pire l'improvisation.

Je vous ai d'ailleurs adressé un courrier circonstancié à ce sujet. Pour accéder au courrier :cliquez sur le lien
J'ai demandé l'arbitrage de Monsieur Philippe CHOPIN Préfet des P.O. Pour accéder au courrier : cliquez sur le lien

 

L'aménagement de la Crèche.

C'était un projet de José PUIG que vous avez rayé d'un trait de plume. Ce qui est gènant et embarassant c'est que vous avez demandé et obtenu du Président de la CCCSM de transformer les fonds de concours (250 000€) pour payer les terrains du collège que vous allez ensuite vendre pour 1€ symbolique au Conseil Départemental.

Ces fonds de concours ont été voulus et votés par José PUIG pour la crèche. Vous justifiez ce renoncement par le simple fait que la crèche n'est construite que depuis 3 ans et qu'elle n'a pas besoin d'être agrandie.

Seulement, Madame le Maire, si vous approfondissiez les choses, vous apprendriez que s'il s'agit d'agrandissement, il ne s'agit pas d'augmenter le nombre de berceaux mais de modifications primordiales pour l'accueil des nouveaux nés.

Aujourd'hui c'est la salle de motricité qui est agencée et calfeutrée pour faire des espaces de repos pour les enfants. Ces fonds étaient justement nécessaires pour assurer le "bien être"  et un meilleur accueil des petits. Pour cela il est important de modifier l'agencement de la crèche, donc tout simplement d'effectuer l'extension physique de la crèche existante, comme José PUIG le prévoyait.

 

La Maison des Associations.

Un projet de José PUIG élaboré de longue date, que vous avez supprimé, alors que les plans d'architectes étaient finalisés. Le Conseil Municipal n'a pas été consulté mais simplement mis devant le fait accompli.

Ce projet était nécessaire à l'organisation des associations de notre village. Monsieur le Maire José PUIG l'avait parfaitement anticipé et identifié. L'emprise et la situation de l'ancienne cave viticole de Claira correspondait parfaitement au projet

Pour ce projet, Claira a touché des fonds de concours de la part de la CCCSM. Je n'ai vu passer aucun modificatif.

 

Le musée des Anciens Combattants.

C'est aussi un projet promis, de longue date par José PUIG, à la Présidente des anciens Combattants. En novembre prochain nous allons commémorer le centenaire de l'armistice signé le 11 novembre 1918. Ce projet, lourd de symboles, était des plus raisonnable économiquement.

J'avoue ne pas comprendre votre refus pur et simple de ce projet. Avez-vous des comptes à régler avec les anciens combattants?

 

La climatisation pour les ainés.

Vous refusez d'installer la climatisation au club des ainés "Un sourire à la Vie". Encore une décision incompréhensible. De quel budget s'agit-il : 3000€ environ. Avez-vous des comptes à régler aussi avec les ainés ?

 

retour haut de page

   le 18 août 2018, Michel Barbé, Mathieu Barbé.

Vu sur l'Indépendant le 18 août 2018 (voir l'article ci-dessous): Monsieur Philippe CHOPIN Préfet des PO vient de refuser un projet de lotissement sur Claira.

Le promoteur est S.A.S. Aménagement 66 (Société par actions Simplifiée) dont le Président est Michel Barbé et le Directeur Général est Mathieu Barbé. Rien d'illégal ou de répréhensible en cela.

https://www.societe.com/societe/amenagement-66-819988585.html

amenagement

Mis à part que Madame Hélène Malé, en date du 06 avril 2018 a fait élire notamment Messieurs Michel et Mathieu Barbé aux commissions du P.A.E.N. (Périmètre de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains).

On serait en droit de se poser la question " n'y a-t-il pas là un conflit d'intérêts". Entre des agriculteurs engagés dans la protection des espaces agricoles et ces mêmes agriculteurs, qui "changeant de casqette" deviennent des promoteurs immobiliers; oeuvrant pour eux-mêmes au lieu de le faire pour la collectivité dont ils détiennent un mandat confié par Madame Hélène Malé ?

Si Madame le Maire nous avait donné ces informations à propos de Messieurs Barbé, nous aurions été un certain nombre à voter NON.

Madame Hélène Malé, a peut être fait preuve de précipitation et de légèreté en nommant Michel Barbé et Mathieu Barbé. La question mériterait probablement d'être posée juridiquement.

 

 

Extrait du Conseil Municipal du 06 avril 2018

barbe

Pour accèder au Conseil Municipal complet du 06 avril 2018 cliquez sur le lien.

L'article de l'Indépendant du 18 août 2018:

indep18082018

 

retour haut de page

Le 30 août 2018, propagande électorale avec de l'argent public !

 

propagande

 

Le bulletin d'informations municipales de la ville de Claira n°8 vient d'arriver dans les boites aux lettres.

Si le compte facebook de la mairie de Claira ne pose, en principe, pas de problème, il n'en est pas de même pour le compte d'Hélène Malé et pour le compte de MIEUX VIVRE A CLAIRA (comité de soutien). Ce compte, Mieux vivre à Claira, est le nom de la liste électorale de feu José PUIG, qu'Hélène Malé s'approprie. Nous sommes bien là en pleine propagande électorale financée par de l'argent public.

Le fait d'inviter les lecteur à venir sur ces adresse facebook peut être entendu comme des propos revêtant le caractère d’une propagande électorale en faveur du candidat Hélène Malé (déclaré pendant le Conseil Municipal du 8 juin 2018), dont la publication constitue une violation de l’article L 52-8 du Code électoral.

En effet, chacun sait ou devrait savoir qu'un bulletin d'informations municipales est destiné à informer la population sur les réalisations et les projets de la municipalité et aucun cas à servir d'outil de propagande.

En 28 ans de mandature je n'ai jamais vu José PUIG utiliser de l'argent public pour faire sa campagne. Les seules fois où était mentionné le nom de sa liste "Mieux vivre à Claira" sur "Entre-Nous" c'était le lendemain des élections, les listes adverses étaient de la même manière présentes. A croire que Madame Malé ne s'interessait que de très loin aux affaires de la commune.

 

retour haut de page

Le 30 novembre 2018 Conseil Municipal, emprunt de 500 000,00€

A noter que j'ai fait la connaissance du nouveau Secretaire Général Monsieur Eric Brutus. Il est en fonction depuis qielques mois. Madame Le Maire avait omis de m'inviter pour que nous soyons présentés l'un à l'autre. Il me semblait que c'était la moindre des choses. Mais, après tout, je ne suis que dans l'opposition, dans l'opposition de Madame Malé plus particuliérement, depuis peu d'ailleurs.

Pour ce Conseil seules 2 délibérations posaient réellement problèmes la 15ème et la 16ème:

 

CM30_11_1815

Cette procédure bien que parfaitement légale est très étonnante de la part d'une petite collectivité comme la nôtre. C'est la première fois en plus 30 ans que Claira y a recours. Est-ce le signe avant coureur d'un manque de maîtrise des finances publiques ! L'avenir nous le dira.

J'ai pu prendre la parole avant de passer au vote.

J'ai fait remarquer à madame Le Maire que je ne pouvais en aucun cas lui permettre cette ouverture anticipée pour deux raisons :

1) Le débat d’orientation budgétaire n’a pas encore eu lieu et celui de l’an passé, qui pourrait servir de base à cette ouverture anticipée, a été escamoté complètement du fait du décès de Monsieur José PUIG.

2) Le mutisme de Madame le Maire quant à ses projets, le manque coupable d'informations sur les détails de ses opérations et sur la manière dont sera dépensée l'argent publique m'interdisent de voter pour cette délibération. et qu'en l'occurence un chèque en blanc ne peut être signé dans ces conditions.

J'ai voté contre.

La majorité a voté pour, soit ils détiennent les informations citées plus haut soit comme Panurge ils suivent le troupeau.

 

CM30_11_1816

 

Là encore j'ai pu m'exprimer.

J'ai fait le reproche à madame Le Maire, pour les préemptions, de n'avoir aucun projet d'aménagement global et de ne communiquer strictement rien au Conseil Municipal et que du fait de la non contigüité de ces acquisitions, l'on ne pouvait intellectuellement imaginer aucun projet.

Pour les achats de terrains du Collège, j'ai réaffirmé ma volonté de voir, un jour, un Collège à Claira mais qu'il fallait le construire au carrefour de Saint Hyppolite là où il était prévu depuis les voeux de 2012 et pas à la zone commerciale (voir la lettre ouverte à Madame Le Maire) retour haut de page . Je lui ai fait le reproche de n'avoir pas répondu à mon courrier recommandé au sujet du Collège et de ses préemptions. : cliquez sur le lien

J'ai demandé où nous en étions de l'achat des terrains du Collège (seuls 56% des propriétaires sont d'accord pour une vente amiable) ainsi que de la DUP (déclaration d'utilité publique) au Préfet afin de lancer des expropriations.

Ses réponses me laissent particulièrement perplexe et interrogatif : Le Préfet devrait lancer la DUP début 2019, ensuite il y aura une enquête publique et le recours éventuel au juge de l'expropriation, ce qui veut dire qu'au mieux ce sera courant 2020 ou 2021 que seront finalisés les achats de terrains. Madame le Maire m'a demandé si ses réponses me satisfaisaient....

Bien évidemment qu'elles me satisfaisaient, elles m'apportaient la preuve formelle de l'inutilité de cet emprunt en 2018.

J'ai beaucoup de mal à comprendre comment on laisse Madame Le Maire seule face à de tels projets. Personne lui dit qu'il faut commencer par le commencement: réaliser une ZAC (zone d'aménagement concerté) et ensuite se lancer dans un projet d'aménagement. Je suis sans voix devant de telles incompétences.

J'ai voté contre cet emprunt.

J'ai enregistré des commentaires de la part de Jean-marie Noguer qui me reprochait de changer d'avis à propos du Collège ainsi que de Marc Petit qui s'agaçait de ce changement d'avis.

Je renvoie l'un et l'autre à ma lettre ouverte à Madame Malé retour haut de page  et à mon courrier recommandé cliquez sur le lien . Quand il s'agit de préserver de la ruine nos finances publiques, quand il s'agit d'empêcher cette catastrophe d'aménagement urbain, quand il s'agit d'empêcher l'éclatement de Claira entre le Claira d'en Haut et le Claira d'en Bas. Oui c'est sain et courageux de changer d'avis.

Entre Nous ! Jean-marie, Marc vous aurez l'air malin lorsque vous vous retrouverez écrasé au bas de la falaise pour avoir suivi le troupeau de Panurge et surtout ne pas avoir changer d'avis devant l'évidence.

 

retour haut de page

Le 20 décembre 2018 Conseil Municipal (PUP Claira d'En Haut ou Claira bis)

convocation 20_12_18

La 2ème délibération appelle de nombreux commentaires.


Je ne peux que regretter pour nos finances publiques cette manière de gérer l'aménagement de notre territoire.

Il y a, notamment, deux approches en la matière:

La bonne, celle qui consiste à créer, après une étude sérieuse argumentée et chiffrée, une ZAC (zone d'aménagement concerté). La collectivité achète les terrains (au prix du m² du terrain agricole), ensuite la collectivité réalise les infrastructures (VRD voiries et réseaux divers), enfin la collectivité revend les terrains  viabilisés aux promoteurs, en veillant à y inclure tous les frais engagés par elle. C'est simple, c'est transparent et c'est sans danger pour les finances publiques.

La mauvaise, celle retenue par Madame le Maire : ce sont les propriétaires des terrains qui vendent leurs terrains aux prix du terrain viabilisé mais c'est la collectivité qui réalise les infrastructures (VRD) au frais des contribuables. L'écran de fumée consiste à se cacher derrière un PUP (projet urbain partenarial). Ce projet de convention précise que les frais seront partagés au prorata entre les différents intervenants : la collectivité, les promoteurs et les particuliers. C'est complètement opaque, cette répartition est faite entre la Mairie de le promoteur, personne ne peut en vérifier la probité et laisse nos finances publiques en grand danger.

J'en veux pour preuve les déclarations de Madame Le Maire au dernier conseil municipal, à propos du PUP précedent "nous avons des difficultés à faire rentrer l'argent du PUP..." et pourtant, à ma connaissance, il s'agit de Serge Gorce, de la succession de feu José Puig et de Madame Malé elle-même entre autres.

Ce n'est pas un crime de posséder des terrains et de vouloir en tirer profit !
Il faut que ces propriétaires se regroupent éventuellement, assurent les études de ces lotissements (permis d'aménager en conformité avec la collectivité), financent les travaux et revendent leurs terrains à bâtir en réalisant les plus-values qu'ils souhaitent. Mais qu'en aucun cas ils ne se servent de l'argent public pour le faire...

Propriétaires "élus" de Claira sur ce territoire de "Claira d'en Haut" ou "Claira bis" :

clairabis

Récapitulatif du coût total des travaux d'équipement et de la participation NEXITY : cliquez sur le lien

2 944 651,00 € ht

Participation des propriétaires et promoteurs au 1er Projet Urbain Partenarial signé en 2015:

- 1 350 000,00 € ht

Participation des propriétaires et promoteurs à la 2ème partie du Projet Urbain Partenarial Commune de Claira/ Nexity (l'objet de ce Conseil Municipal):

- 501 952,68 € ht

La Mairie de Claira engagera donc le différentiel sans jamais être sûre de rentrer dans ses fonds. C'est donc le contribuable qui en assurera le financement aux travers de nos impôts (CQFD):

1 092 699,00 € ht

Cela n'est rien à côté du coût que représentera, à terme, la laison indispensable de CLAIRA D'EN HAUT ou CLAIRA BIS avec le centre de CLAIRA.

Il est à noter qu'il n'y aura aucun Plan Urbain Partenarial pour cette liaison et que tous les coûts seront à la charge des Clairanencs. La logique aurait voulu que ces coûts soient inclus dans la projet global d'aménagement, démontrant ainsi son infaisabilité. C'était mon avis, ce n'était pas mon projet pour Claira, mais les Clairanencs en ont décidé autrement en votant pour José PUIG. Il est peut être encore temps d'empêcher le pire en ne votant pas pour Madame Malé aux prochaines élections municipales, en évitant notamment de construire son Collège à la zone Carrefour synonyme d'éclatement de Claira et de catastrophe financière.

Ci-dessous extrait du tract de la campagne électorale de 2014 :

clairabis2014

Je voterai NON, bien entendu !

Pour mémoire ci-dessous l'emprise de cette partie de PUP Mairie de Claira/NEXITY:

PUPNEXITY

retour haut de page

 

Le 5 janvier 2019 LES VOEUX 2019 de Madame Le Maire

 

voeux2019

Le petit film de présentation de la jeunesse de Claira, Bravo, c'est très bien, sauf peut être avec un léger bémol technique "image, son et mise en scène".

Le Collège de Claira

Annoncé à la zone commerciale de Carrefour, cette confirmation était par trop surréaliste. Faire l'aveu public que Madame Le Maire ne maîtrise pas tout le foncier, il faut le faire ! Que d'amateurisme ! Que d'incompétence ! Il faudra passer par l'expropriation c'est à dire quelques années de plus. Pourquoi vouloir à toute force le construire à la zone Carrefour, alors que José PUIG l'avait projeté au carrefour de Saint Hippolyte (voir les voeux de 2012): à proximité de la zone artisanale et de l'établissement Les Mouettes. Celui-ci inauguré il y a quelques semaines à la place de notre maison de retraite au Mas Bordas. C'est la bonne localisation, contigüe du village de Claira et à proximité immédiate de celui de Saint Hippolyte.

En 2020, le prochain Maire devra mettre de l'ordre dans ce projet farfelu. Cliquer ici article consacré au Collège

L'aménagement des trottoirs de Claira

Cette annonce devrait nous réjouir, depuis le temps que les Clairanencs attendent ces réfections. Mais je crains fort que ce soit un simple effet d'annonce. Il en est de même pour l'aménagement du centre-ville.

De nouveau on croirait rêver. Madame Le Maire indique qu'elle va revendre les "préemptions" (la Mairie exerce un droit de priorité, quand un bien est à vendre, elle se porte acquéreur à la place d'un acheteur sans que celui-ci ne puisse s'y opposer, au prix fixé entre le vendeur et l'acheteur). Quelle gestion exemplaire de l'argent public ! Quid de ces reventes ! Quel montant ! Merci pour les acquéreurs lésés !

Encore un signe évident d'incompétence. Aucune prévision, aucune anticipation ni aucune réflexion n'a conduit à faire ces achats d'immobilier. Puisque on songe à revendre pour raisons financières.

Pour l'heure aucun projet, aucun planning ni aucun budget ne sont engagés. Attendons le débat d'orientation budgétaire et le vote du budget 2019, en mars prochain. C'est cette étape cruciale de la gestion de Madame Malé qui doit être minutieusement observé. Soit on vote le budget sans rien dire, et donc on soutien Madame Le Maire, soit on ne vote pas son budget et l'on s'oppose à sa gestion. On devinera aisément les forces en présences pour les prochaines élections municipales de mars 2020.

Le seul projet chiffré et voté (j'ai voté contre cette délibération, évidemment) est celui du PUP (Projet Urbain Partenarial) de Claira d'en Haut ou Claira BIS. Ce budget ne servira malheureusement pas au village. Nous devrons attendre ou bien s'endetter gravement à l'instar du Barcarès

La maison des associations

Elle sera construite contigüe à la salle polyvalente. Le concours d'architecture est semble-t-il lancé. Elle sera, ainsi, prise en charge pas la Communauté de Communes. C'est néanmoins indirectement nos impôts qui seront sollicités (les ressources de la Communauté de Communes proviennent des taxes et impôts générés par les zones d'activité). La zone Carrefour fait de Claira le plus gros contributeur de la CCCSM.

A noter que la maison des associations voulue par José PUIG était prévue à la place de l'ancienne cave agricole et que les plans d'architectes étaient finalisés. Les fonds de concours encaissés par la Mairie de Claira. Quel gâchis, c'est facile de rayer d'un trait de plume un projet quand il s'agit d'argent public. Je ne suis pas certain que les finances personnelles de Madame Malé soient tenues de la même façon.

Michel Maffre Président de la CCCSM (Communauté de Communes Corbières Salanque Méditerranée)

Michel Maffre annonce la construction de nouvelles routes à la zone Carrefour afin d'accueillir de nouvelles enseignes. Je croyais qu'il était institué, dans notre département, un moratoire pour les zones commerciales. Nous détenons le triste record français du plus grand nombre de m² de surfaces commerciales par tête d'habitant.

Michel Maffre a indiqué qu'il avait confié à Madame le Maire de Claira, comme délégation en tant que 1er Vice-présidente de la CCCSM, "l'Aménagement du Territoire". Quelle triste nouvelle eu égard à ses incompétences notoires. J'ai indiqué à Michel Maffre mon incompréhension à ce sujet.

La présence du Sénateur Jean Sol a été signalée en début d'intervention de Madame Malé. La prise de parole ne lui a pas été proposée ou bien il ne souhaitait pas s'exprimer... Dans les deux cas ce n'est pas très glorieux pour Madame Malé.

Bernard Jantac le 10 janvier 2019,

 

retour haut de page

 

Le 1er février 2019 Le bulletin n° 1 de la CCCSM

 

Reçu ces derniers jours dans les boites aux lettres, le bulletin n°1 de la CCCSM (Communauté de Communes Corbières Salanque Méditerranée).

Nous bénéficions de 14 vice-présidents avec émoluments (c'est le nombre maximum autorisé par la loi)...c'est autant que la Communauté Urbaine de Perpignan. Seulement la Communauté Urbaine de Perpignan fait supporter cette charge financière sur 272000 habitants et 36 communes. En ce qui concerne la CCCSM c'est uniquement sur 21000 habitants que cette charge financière repose.

Ce sont des postes attribués par pure et simple complaisance, nous n'avons pas besoin d'autant de Généraux pour faire marcher cette communauté, ou bien on envisage de reformer l'armée mexicaine, plus de généraux que d'hommes de troupe.Il faudra impérativement remettre de l'ordre et du bon sens dans cette gouvernance en 2020.

Malgré le bruit qu'ils font, je ne suis pas sûr que certaines revendications des "Gilets Jaunes" soient parvenues aux oreilles du Président Michel Maffre. Notamment pour mémoire : réduction du nombre de députés, suppression du Sénat, du Conseil Economique et Social et toutes ces instances inutiles qui coûtent extrêmement chères aux contribuables.

De plus, les compétences de la CCCSM et de la CU sont sans commune mesure. Je vous engage à consulter ci-dessous les attributions de chacune et chacun des vice-Présidents de la CCCSM, c'est édifiant, je ne peux pas continuer à cautionner ce genre de dérive...

 

 
cccsm vicepresident
 
maffre
 
male armangau
ruiz conte
noguer diaz
cerda roura

ibanez

benesis
sorli bobo
gaillard izard

retour haut de page

 

Le 3 avril 2019. NON ! Je n'ai pas été viré de la liste de Stéphane Bañuls...

 

MISE AU POINT :


Nous sommes maintenant à un peu moins de douze mois de l'élection municipale de Claira.

Je ne souhaitais pas et je ne souhaite toujours pas présenter une liste pour 2020. J'aurai 71 ans et après deux campagnes, sans succès, 2008 et 2014 il me semble plus sage de laisser la place à de plus jeunes candidats. Toutefois je ne m'interdit pas de soutenir une équipe.

Je respecterai, sans faille, le mandat que m'ont donné près de 30% des Clairanencs en participant à tous les conseils municipaux et conseils communautaires jusqu'en mars 2020 et en apportant sur ce blog les commentaires utiles.

J'ai, en son temps, répondu favorablement à la demande d'André Sanchez et Stéphane Bañuls et les ai rejoints. Après quelques semaines, il m'est apparu clairement que je ne pouvais pas soutenir une telle équipe et j'ai démissionné officiellement (je tiens à disposition de tous copie de la lettre recommandée avec AR adressée à Stéphane Bañuls).

Je donnerai, sur ce blog, les raisons précises de ma démission. Je le ferai au cours de la campagne électorale.

De plus, compte tenu des longues années passées à m'occuper des affaires de Claira (j'étais sur la liste de Jean Montgaillard en 1989), je me sens le devoir de vous indiquer mon choix personnel sur la prochaine équipe qui me semblera la plus à même de défendre Claira et les Clairanencs. Je le ferai en janvier ou février 2020, pendant la campagne électorale.

Nous sommes à quelques jours du vote du budget, moment le plus décisif et fondamental pour une collectivité et je ne décolère pas devant tant de lâcheté et d’opportunisme de quelques conseillères et conseillers municipaux, pour preuve:

A ce jour, il y aurait plusieurs listes qui se préparent pour 2020.

- Stéphane Bañuls s'est déclaré, il a le soutien de 3 ou 4 conseillères/conseillers municipaux élus de la majorité.

- Marc Petit s'est déclaré, il a le soutien d'une conseillère municipale Marie-France Rofidal.

- Angélique Sorli ne s'est pas encore déclarée mais elle a le soutien déclaré de 3 ou 4 conseillères/conseillers municipaux élus de la majorité.

- Hélène Malé s'est déclarée en juin dernier, elle-même élue de la majorité.

Il y aurait donc plus d'une douzaine de conseillères/conseillers municipaux élus opposants à Madame Malé.

Soyons clairs:

Soit, on ne vote pas pour le budget proposé par Madame Malé (le collège à la zone commerciale, l'aménagement de Claira, Claira d'en Haut ou Claira bis etc. etc.) et, de ce fait, on a toute légitimité à se présenter contre Madame Hélène Malé.

Soit, on vote pour son budget ce qui veut dire que l'on soutient l'action de Madame Hélène Malé et donc il n'y a pas lieu de présenter une liste contre elle, à moins bien sur, de faire preuve d'opportunisme et de ne penser qu'à ses propres intérêts et pas à ceux des Clairanencs.

Nous ferons les comptes après le vote du budget et je vous tiendrai informer sur ce blog.

Retour haut de page

 

Le 10 avril 2019  Le Conseil Municipal le plus court de la mandature...

CM09_04_19

Appel des conseillers, quelques absents : (sauf erreur de ma part) : Anissa Saguer, Nadira M'zouri, Chantal Nègre, Eric Rodriguez, Jean-Pierre Mac.
Isabelle Bazzuchi donne procuration à Madame Hélène Malé.
Jean-Marc Rigal donne procuration à Jean-Marie Noguer.

L'approbation du compte rendu s'est déroulé sans problème.

Pour le débat d'orientaton budgétaire, Madame Angélique Sorli souhaitait s'exprimer, Madame Malé souhaitait déroulé son ROB d'abord. Le ton est monté, Madame Sorli insistait pour s'exprimer prétextant que ce DOB avait été préparé sans aucune concertation ni consultation des élus et qu'en conséquence elle quittait la salle, entrainant avec elle la quasi totalité des élus de la majorité sauf : André Sanchez, Chantal Amigas et Daniel Durochat.

Jamais consulté en tant qu'opposant, je quittais aussi la salle par solidarité. Madame Marie-France Rofidal et Monsieur Marc Petit ont fait de même.

Le conseil municipal s'est donc déroulé avec seulement 3 élus rendant impossible quelconque délibération.

Nous sommes convoqués le 15 avril pour débattre des comptes administratifs et des budgets. Cela ne devrait pas être possible du fait notamment de l'absence de Débat d'Orientation Budgétaire et du climat par trop électrique du conseil, maintenant.

A suivre! ...

Retour haut de page

 

Le 20 avril 2019, vote du D.O.B. et vote du budget.

DIMANCHE 14 AVRIL 2019 nouveau D.O.B.

Après le débat d'orientation budgétaire annulé faute de quorum, le conseil municipal était de nouveau convoqué pour dimanche 14 avril pour un nouveau Débat d'Orientation Budgétaire, sans obligation de quorum cette fois-ci. C'était le dernier jour possible avant le vote du budget primitif, qui ne peut se tenir après le 15 avril.

Etaient présents:

Pour l'opposition : Bernard Jantac, Marie-France Rofidal, Marc Petit, Nadira M'Zouri a donné procuration à Marc Petit.

Pour la majorité : Madame Hélène Malé, André Sanchez, Anissa Saguer, Chantal Amigas, Marie Bousquet et Daniel Durochat.

Il manquait donc 17 conseillers municipaux de la majorité. J'aurai aimé connaître les véritables griefs de la majorité vis à vis de madame le Maire. J'aurai souhaité entendre leurs argumentations. Les électeurs attentifs à leur représentation doivent sans doute aussi s'interroger.

Pour ce débat d'orientation budgétaire, j'étais présent et j'ai fait valoir mon point de vue. J'ai enregistré la plus grande partie de mon intervention :

 

LUNDI 15 AVRIL 2019 vote du Budget primitif

Pour le vote du Budget primitif, la majorité était présente dans sa totalité lundi 15 avril, ils ont voté contre le Budget :17 voix CONTRE, sans aucune justification.

J'ai aussi voté CONTRE le Budget.

Marc PETIT et Marie-France ROFIDAL ont voté CONTRE

Hélène Malé, André Sanchez, Anissa Saguer, Chantal Amigas, Marie Bousquet et Daniel Durochat ont été les seuls à voter 6 voix POUR.

RESULTAT 21 voix CONTRE, 6 voix POUR.

Le Budget n'est pas voté par le Conseil Municipal, nous passons sous tutelle préfectorale. C'est à dire que le budget "Fonctionnement" est débloqué, mais le budget "Investissement" est bloqué pour un an.

 

Ainsi que je l'évoquais dans l'article précédent nous avons maintenant une meilleure idée des forces probables en présence pour les élections municipales de mars 2020:

- Angélique Sorli devrait mener une liste avec plusieurs conseillers municipaux sortants.

- Marc Petit mènera une liste avec quelques conseillers municipaux sortants.

- Hélène Malé semble définitivement hors jeu avec seulement 2 conseillers municipaux sortants : Marie Bousquet et Daniel Durochat et les conséquences très fâcheuses d'avoir bloqué Claira.

- En ce qui concerne Stéphane Bañuls, le mystère de sa participation reste entier. Avec comme soutien André Sanchez, Anissa Saguer et Chantal Amigas qui ont voté POUR le budget de madame Malé, à moins d'une alliance avec Madame Malé ou Michel Barbé, je ne lui vois pas un grand avenir dans le concert municipal.

Bernard Jantac, Claira le 20 avril 2019

Retour haut de page

Le 11 mai 2019. LIAISONS n° 16 lettre ouverte de Madame Malé, des propos particulièrement choquants et inquiétants pour la démocratie.

 

Novice en politique.... Je ne comprends pas ? Madame Malé est élue sur la liste de Monsieur José PUIG depuis 1989 (voir ci-dessous la liste de mars 1989 de José PUIG pour les élections municipales) .

Elle occupe le poste de 1er adjoint depuis mars 2014. Mais que faisait-elle donc de son temps et de ses émoluments ?

30 ans d'apprentissage ce n'est pas suffisant. Mais conbien lui faudra -t-il de temps pour être efficace ? UN SIECLE ?

Décidemment ce sont des propos particulièrement choquants. Elle se moque délibéremment et ouvertement des Clairanencs.

 

1989

Ce n'est pas tout, un peu plus loin on peut lire :

Des propos inquiétants pour la démocratie, en effet en 30 ans de Conseil Municipal Madame Malé n'a toujours pas compris l'organisation de la commune, à quoi servent les élections municipales, quel est le rôle du Conseil Municipal, ses prérogatives, ses responsabilités, quel est le rôle du Maire etc. etc..

Elle confond coupablement La démocratie directe : Système dans lequel les citoyens prennent eux-mêmes des décisions politiques, sans passer par des représentants issus d'une élection avec démocratie représentative : Système dans lequel des représentants élus par la population élaborent et votent les lois.

Avouer son noviciat dans ce domaine, n'est pas suffisant ! Elle doit rendre son mandat immédiatement !

Elle affirme avoir associé Jacques Baude, Angelique Sorli et René Aros dans ses décisions. Mais là encore c'est grave, c'est de l'amnésie pathologique.

Sur les 27 conseillers municipaux, 21 ont voté CONTRE son budget. Madame Sorli et Messieurs Baude et Arros ont quitté la salle pour le D.O.B., ils ont voté CONTRE son budget en affirmant n'avoir jamais été associés à ses décisions. Les mots ont un sens.

Les seuls conseillers municipaux à soutenir Madame Malé sont : Daniel DUROCHAT, Anissa SAGUER, André SANCHEZ, Chantal AMIGAS et Marielle BOUSQUET, ce sont les seuls à avoir été visiblement associés à ses décisions, les seuls à avoir voté POUR son Budget.

Bernard Jantac le 11 mai 2019

Retour haut de page

 

Le 28 mai 2019 Madame le Maire ment effrontément, aux Clairanencs, à propos du Collège.

On ne peut pas le construire au carrefour de Saint Hippolyte, ainsi que le prévoyait José PUIG! Affirme madame Malé, Maire de Claira, cette zone est inondable...

Je vous laisse juger par vous-même, ci-dessous le PGRI (plan de gestion des risques inondations). C'est ce document sur lequel le Préfet s'appuie pour délivrer les permis d'aménager.

pgri

 

hauteur

 

 

 

Le cartouche Hauteurs d'eau est ici agrandi afin de le rendre plus lisible.

La zone blanche sans aucune couleur indique que cette zone est hors d'eau, suit ensuite la déclinaison des couleurs bleues

de 0,00 à 0,5 m

de 0,5 à 1,00 m

de 1 à 2 m

plus de 2 m

 

 

 

 

 

Partie du PGRI au carrefour de Saint Hippolyte de Claira ci-dessous:

Et bien ce plan est limpide, le projet de José PUIG est tout à fait possible au Carrefour de Saint Hippolyte avec les avantages financiers et humains sans communes mesures avec le projet farfelu de Madame Malé :

Il n'y a pas nécessité de construire un carrefour dangereux et coûteux à la zone commerciale, celui de Saint Hippolyte existe déjà. Les collégiens de Saint Hippolyte et de Claira peuvent accéder au Collège à pieds ou à vélo. La surface hors d'eau est d'environ 15 hectares, largement suffisante pour accueillir le collège, une aire de sports couverte ainsi que des logements.

Par contre, cela ne gène absolument pas Madame Malé de continuer l'urbanisation de la zone du Mas Rovira alors que le PGRI prévoit entre 0,50 et 1,00m d'eau. J'espère que les habitants des HLM et des constructions libres ont été avertis...

Comprenne qui pourra ! Pour ma part c'est fait. Madame Malé doit être impérativement battue aux prochaines élections municipales de 2020. On ne peut pas laisser la Mairie et l’avenir de Claira aux mains d'une personne aussi incompétente.

 

pgriclairabis

Retour haut de page

 

Le 20 juin 2019 Madame le Maire désavouée par son conseil municipal par 21 voix contre 6. Elle n'a toujours pas compris que personne ne veut de ses projets.

Elle n'a toujours pas compris qu'elle a perdu toute légitimité pour parler au nom du Conseil Municipal et pour parler au nom des Clairanencs. Ses budgets ont été refusés par le Conseil Municipal, ce n'est absolument pas anodin. Aucun investissement ne pourra être lancé jusqu'au prochain vote du budget (mars 2020, après les élections municipales).

Extrait de LIAISONS de juin N°17 nous sommes en présence d'un cas de déni de la réalité :

liaisonn17

 

Projet farfelu, demesuré financièrement pour un résultat contraire à son objectif.

La future place du marché ce n'est certainement pas à cet emplacement qu'il faut le prévoir. Je lui suggère de le déplacer devant la coopérative fruitière (restaurant La Vigne Barbé) notamment et sur le même site d'envisager quelques expropriations et démolitions de bâtiments vétustes pour y réaliser les parkings indispensables.

 

Retour haut de page

 

 

Le 30 août 2019, GOUVERNER C'EST PREVOIR ! A propos de la route du Mas Rovira. Claira bis ou Claira d'en haut.

C'est un sujet particulièrement lourd de conséquences durant cette période de pré-campagne électorale. Il en va de la sécurité des nombreux habitants et de leurs enfants qui habitent cette zone de Claira nouvellement urbanisée.

J'étais contre CLAIRA BIS, j'en ai fait largement communication lors des dernières éléctions municipales de 2014. Les Clairanencs en ont décidé autrement en donnant largement la majotité à José PUIG? Claira Bis existe aujourd'hui :

elections

C'est la démocratie, je respecte ce choix !

Toutefois, à court et moyen terme il y aura 1000 habitants sur cette zone urbanisée au milieu de nulle part. Il faut donc urgemment s'occuper d'eux. Le constat est le suivant :

 

CLAIRABIS51

 

ENTRE LA CRECHE ET LE MAS ROVIRA, rien à dire. Il y a deux voies de circulation où deux véhicules même larges peuvent se croiser sans problème, une piste cyclable piétonniére et de l'éclairage public:

routeMR1Routemr2

 

MAIS, APRES ENTRE LE MAS ROVIRA et CLAIRA, sur 4,5 km c'est la pampa. La chaussée se rétrécit tellement que 2 autos doivent faire preuve de prudence en se croisant. Deux bus ne peuvent pas se croiser. Il n'y a plus ni trottoir ni piste cyclable et encore moins d'éclairage public.

 

routeMR3route MR4

 

C'est un réel scandale ! Maintenant que les lotissements sont réalisés et les profits empochés, Madame Malé et ses complices se désintéressent de la question. Qui va payer ces 4,5 km de route à sécuriser : l'élargissement de la route, la piste cyclable piétonniére et l'éclairage public. Il faudra bien s'en occuper le plus vite possible. Dès la rentrèe prochaine il y aura de plus en plus de monde à emprunter cette route pour aller à l'école, chez le médecin et le pharmacien, au stade, à la mairie etc. etc.

Je lui ai fait le vif reproche de ne pas avoir inscrit ce projet d'aménagement de la Route du Mas Rovira, durant le Débat d'Orientation Budgétaire cliquer ici GOUVERNER C'EST PREVOIR. Ce n'est pas le seul sujet de préoccupation d'ailleurs. L'obsolescence de la station d'épuration fera prochainement l'objet d'un article.

Cette route du Mas Rovira ne fait pas partie, officiellement, des voies à caractère communautaire mais en 2008 des travaux d'aménagement partiels ont été financés par la Communauté de Communes, la rendant ainsi de fait Communautaire. Madame Malé, pourtant 1ère Vice-présidente de la CCCSM, en charge de l'Aménagement du territoire a été incapable d'exiger du Président Maffre que ces travaux soient pris en charge par la Communauté de Communes. Claira est, avec la zone commerciale Carrefour, le plus gros contributeur de la Communauté de Communes.

En conclusion, il est impératif de ne pas voter pour Madame Malé aux prochaines élections de mars 2020. Elle est notoirement incompétente et extrêmement dangereuse pour nos finances publiques. J'en veux pour preuve quelle continue de vouloir gérer notre commune seule en se passant du Conseil Municipal, pourtant légitimement élu. C'est du jamais vu ! Le dernier Conseil a été convoqué le 15 avril 2019 dernier. La loi impose 1 conseil au minimum par trimestre.

Bernard Jantac août 2019

Retour haut de page

 

 

Le 2 septembre 2019. Frédérique Lis, Référente Départementale LaREM, aurait rejoint Madame Malé comme Directrice de Cabinet.

Vu sur l'Ouillade et sur le Facebook de Patrick Maymi :

larem

Après avoir retiré toutes les délégations d'adjoints, Madame Malé s'offre, pense-t-elle, avec le budget économisé, une recrue connue sur la place de Perpignan "La République En Marche".

Ce recrutement appelle plusieurs questions :

1) Sur la légalité proprement dite de celui-ci. L'article 3 du Décret n°87-1004 du 16 décembre 1987 précise :

"Aucun recrutement de collaborateur de cabinet ne peut intervenir en l'absence de crédits disponibles au chapitre budgétaire et à l'article correspondant. L'inscription du montant des crédits affectés à de tels recrutements doit être soumise à la décision de l'organe délibérant."

Or il semble que Monsieur José Puig avait ouvert cette ligne de crédit et que suite à son décès et à l'élection d'un nouveau Maire, Madame Hélène Malé, tout est remis en cause. La collaboratrice de Cabinet d'alors, était Madame Cathy Billes. Pour cette nouvelle ouverture de ligne de crédit et ce nouveau recrutement le Conseil Municipal doit être consulté.

2) Sur la fonction proprement dite :

"En période électorale, le collaborateur de cabinet ne peut pas aider l’exécutif territorial candidat à sa propre succession sur son temps de travail. Il doit le faire en dehors du temps de travail, ou se mettre en congé. Il y a un risque à ne pas se conformer à cette règle puisque ce fait pourrait être considéré comme un don d’une personne morale à un candidat, ce qui est prohibé par la législation sur le financement des campagnes électorales."

Madame Malé n'en n'est pas à ça près. Elle a de nouveau enfreint la loi (L 52-8 du Code électoral) en se servant de l'argent public en faisant distribuer la lettre de propagande aux Clairanencs dans le n° 19 de Liaisons. En août 2018 c'était déjà le cas avec ses adresses Facebook.

3) Qu'en pense l'équipe de Stéphane Bañuls de ce recrutement

Il me semblait que Stéphane Bañuls se présentait comme le référent de LaREM pour le canton Salanque . Que doit-on en penser ? Est-ce un rapprochement Malé - Bañuls ? Ou bien une tentative d'infiltration ? Décidemment cette campagne électorale s'annonce passionnante.

 

Bernard Jantac 2 septembre 2019

Retour haut de page

 

 

Le 10 octobre 2019, Conseil Municipal du 30 septembre 2019

Je n'ai pas pu assister à ce Conseil Municipal, aussi j'ai donné ma procuration à Madame ROFIDAL. J'ai toutefois écouté l'enregistrement complet de ce Conseil Municipal, ainsi que la loi le permet :

Article L2121-18 du CGCT
Les séances des conseils municipaux sont publiques.
Néanmoins, sur la demande de trois membres ou du maire, le conseil municipal peut décider, sans débat, à la majorité absolue des membres présents ou représentés, qu'il se réunit à huis clos.
Sans préjudice des pouvoirs que le maire tient de l'article L. 2121-16, ces séances peuvent être retransmises par les moyens de communication audiovisuelle.

Quelques commentaires s'imposent :

Le BUDGET INVESTISSEMENT est bloqué. Il faut s'en féliciter. Le projet de Collège à la zone Carrefour est gelé. Ce sera au prochain Maire de décider, avec son Conseil Municipal, si on se lance dans cette aberration technique, financière et humaine.

J'ai expliqué longuement pendant le DOB pourquoi je n'ai pas voté le budget. J'ai fait des contre-propositions cliquer ici. Par contre, je sais seulement que l'ancienne majorité a voté contre ce budget du fait "d'un manque de concertation", mais je ne connais pas la teneur de cette concertation.

Le BUDGET FONCTIONNEMENT n'est pas bloqué, il a été retouché par Monsieur le Préfet Il faut bien comprendre ce qu'a fait le Préfet. Il a tout simplement remis de l'ordre dans la distribution des subventions aux associations.

On ne peut attribuer des subventions à une association que dans la mesure ou celle-ci rencontre des difficultés de trésorerie et affiche un bilan négatif, d'une part, ou formule une demande spécifique en termes de demande de matériel d'autre part. Voir le tableau des subventions ci-dessous proposé au vote le 30 septembre. Les associations dont le budget est positif ne sont pas destinataires de subventions, il faut justifier d'un besoin particulier pour en obtenir.

Le Préfet rappelle en outre que l'attribution n'est pas une obligation légale, elle est laissée toutefois à la volonté du Conseil Municipal. C'est pourquoi il a retiré 100 000€ sur les 348 493€ initialement prévus au chapitre 65.

L'immense tort de Madame Le Maire est d'avoir attendu le 30 septembre pour faire revoter cette attribution complémentaire de subventions, alors qu'elle avait reçu le 3 juillet le budget revu par la Cour des Comptes et par le Préfet. Ce retard programmé n'a qu'un but: électoral.

Cette affaire de subventions met le doigt sur un mal récurrent, celui du clientélisme.

En effet, comment pouvons-nous accepter de payer deux fois l'impôt. La municipalité met à disposition ses équipements sportifs et culturels gratuitement, ce qui est parfaitement normal. Ce sont nos impôts qui en assurent le fonctionnement. Mais cela doit s'arrêter là.

Je prends trois exemples (voir ci-dessous) celui du football, des boules et celui de la randonnée. Comment justifier que ce soient les Clairanencs dans leur ensemble qui paient les licences des boules ou du football (il est précisé frais de fédération ???) et pour la randonnée (réservation des hébergements pour les sorties). Ce n'est pas parce que Madame Le Maire est adhérente de cette association qu'il faut que les Clairanencs lui paient ses sorties...

budgetasso

Il y a eu beaucoup de bruit et de temps consacrés aux subventions aux associations en regard du budget de fonctionnement total de Claira:

4 387 475,10€.

Monsieur le Préfet n'a retiré que 100 000€ sur ce budget, tout le monde pourra donc apprécier la mauvaise foi ainsi que les mensonges de Madame Le Maire quand elle affirme sur LIAISON n°21:

"Aujourd'hui CLAIRA souffre, CLAIRA survit, CLAIRA est sous perfusion."

budgetfonct1

budgetfonct2

Retour haut de page

 

Les candidatures pour les élections municipales de mars 2020

petitsorli

L'adresse du site de Marc PETIT : https://www.cea-claira.fr/

Barbe

Masse

 

Il manque encore une candidature, celle de Madame Hélène Malé Maire sortante, déclarée au cours du Conseil Municipal de juin 2018.

Retour haut de page

 

Conseil Municipal du 13 novembre. Tentative désepérée de Madame Malé pour éviter les soucis adminitrativo-judiciaires.

 

Comme, à son habitude, madame Malé n'a toujours pas compris qu'elle ne peut plus rien décider sans l'aval du Conseil Municipal depuis le 30 septembre 2019, date à laquelle nous lui avons rétiré toutes ses délégations sauf celle du cimetière.

L'ordre du jour de ce Conseil Municipal ci-dessous contient les éléments de cette tentative puérille.

CM30111

Suite à un échange avec Madame Angélique SORLI, celle-ci m'a alerté sur ce que voulait faire Madame le Maire. Je partage pleinement son analyse ce qui m'a fait bondir et intervenir au début de ce Conseil Municipal.

J'ai indiqué qu'il n'y avait strictement aucune raison d'annuler les marchés signés par elle avant le 30 septembre 2019, puisque parfaitement légaux et aucune raison d'annuler les marchés qu'elle avait signés depuis EN TOUTE ILLEGALITE, sans l'aval du Conseil Municipal. Que c'était à elle seule de se débrouiller avec le Préfet et éventuellement le Tribunal Administratif de Montpellier.

La manoeuvre était cousue de fil blanc, elle se dédouanait de sa faute en annulant les marchés signés par elle en toute illégalité et mettait le Conseil Municipal en faute devant la Préfecture et les entreprises qui détenaient une commande dûment signée et valide.

Madame Angélique SORLI est intervenue dans le même sens. Nous avons refusé à Madame Le Maire le retrait de ces marchés à l'unanimité sauf André SANCHEZ qui s'est abstenu (procuration Daniel DUROCHAT) et Madame le Maire qui a voté POUR...

En fin de Conseil, je  suis intervenu à propos du marché de restauration scolaire lorsqu'elle indiquait qu'elle ferait analyser la rédaction de la consultation par des gens compétents ainsi que l'analyse des offres. Cela fait trente ans qu'elle est élue elle ne sait toujours pas qu'une commission d'appel d'offres est mise en place et élue en début de mandat. Que cette commission est compétente pour non seulement analyser les appels d'offres mais aussi compétente pour les attribuer. Alors qu'un marché largement inférieur tel que ce MAPA ne posait aucun problème à cette CAO et qu'en conséquence c'était à la CAO de s'en charger.

Nous avons dû voter pour chacune des dépense de la collectivité, Madame le Maire s'est vu retirer toutes ses délégations. C'est donc au Conseil Municipal de statuer à chaque fois. Cette nouvelle situation est des plus démocratiques. Nous avons pu avoir accès aux dépenses réelles de la collectivité. Je dois dire que certaines sont intrigantes comme par exemple l'entretien de l'unique ascenseur de Claira...

CM30112

CM30113

Retour haut de page

 

Le 23 novembre 2019 . 4 délibérations qui démontrent la non-gouvernance de Claira.

Le Conseil Municipal est convoqué pour le 27 novembre.

CM27111

Cette première délibération, complètement inutile, car l'accord du Conseil Municipal avait été donné le 13 novembre à Madame le Maire. Ce marché pouvait donc être lancé. La commission d'Appel d'Offres régulièrement élue au sein du conseil s'est réunie afin de vérifier ce marché. Il n'y a pas lieu de délibérer.
Je voterai OUI malgré l'inutilité des cette délibération.
Quand je pense, que Madame le Maire s'est permise de lancer des marchés sans avoir l'autorisation du CM (voir l'article précédent) et que maintenant qu'elle peut en toute légalité le faire, elle trouve chaque semaine une raison de surseoir. Que cela cache-t-il ?

CM27112

Dans la mesure, où a été donné l'accord du CM à Madame le Maire pour lancer ce marché de restauration scolaire, toutes les opérations connexes indissociables du marché sont de fait autorisées. Aucune délibération était necessaire s'agissant de la commande pour la palteforme de dématérialisation. En revanche Madame le Maire continue dans ses délires quand elle ne demande pas l'accord du CM pour la publication de l'annonce dans un JAL ( il existe une obligation légale pour tous les marchés publics de plus de 90 000€. de publier l'annonce dans un JAL (journal d'annonces légales). Elle demandera vraisemblablement l'accord du prochain CM pour passer commande à l'Indépendant pour cette parution. Elle engendrera ainsi une semaine supplémentaire de délai...
Je voterai OUI malgré l'inutilité de cette délibération.

CM27113

contratcadre

Ce Contrat cadre qui est officialisé 4 mois avant les élections municipales appelle plusieurs réflexions :

1) Je commence à comprendre la majorité lorsqu'elle indique qu'elle n'a pas voté le budget par manque de concertation. En effet, c'est la première fois que je découvre un tel document et pourtant je suis élu au Conseil Municipal et au Conseil Communautaire. Si la majorité découvre aussi ce document, je comprends  parfaitement leur vote.

2) Ce catalogue de promesses électorales sans réel chiffrage ni engagement de la Région, du Département, de la Communauté de Communes, des Pays de l'Agly etc etc en ce qui concerne les subventions éventuelles, n'engagent comme toutes les promesses que ceux qui les croient. Claira est une collectivité adulte, elle doit seule conduire son avenir. C'est l'affaire de la prochaine équipe municipale qui sera en place dans 4 mois et certainement pas à un Maire sortant sans aucun appui de son conseil municipal de décider à notre place.

3) Je ne reviens pas sur mon intervention au cours du DOB (débat d'orientation budgétaire) au cours duquel j'ai indiqué les raisons de mon vote négatif pour le budget, synthétiquement : la station d'épuration de Claira, la liaison Claira Mas Rovira, emplacement du futur Collège. Cette hiérarchie dans les investissements est primordiale. Ce document ne dit pas un mot sur la station d'épuration, le projet de la route du Mas Rovira est renvoyé aux calendes grecques etc. etc.

4) Je voterai NON pour cette délibération et je me réserve la possibilité de saisir le tribunal administratif. Ce document  de campagne électorale ne peut en aucun cas être publié au cours des 6 mois précédant le jour des élections municipales.

 

CM27114

Il s'agit d'un différent entre 2 administrés de Claira, les documents remis n'indiquent absolument pas en quoi la commune de Claira est partie prenante. Même s'il s'agissait d'un problème de permis de construire, Madame le Maire devrait le savoir, elle est Maire de Claira. Une convention existe depuis longtemps entre la CCCSM et Claira. C'est la CCCSM qui étudie et délivre les permis, ce serait donc à la CCCSM d'ester en justice et certainement pas à Claira. De plus ce n'est pas Claira qui est citée au Tribunal Administratif mais bel et bien le Juge des référés et les clairanencs Madame Cossin et Monsieur Eric Guillem. Je voterai NON !

 

Retour haut de page

 

Le 29 novembre 2019. Abus de pouvoir de Madame Malé, elle veut faire payer, les avocats pour sa défense, par les contribuables !

 

Le Conseil Municipal est de nouveau convoquer pour le 5 décembre. Parmi toutes les délibérations mises en délibération, il y en a une qui ne manque pas de piquant. Je vous laisse juger par vous-même :

abusdepouvoir

 

C'est le Préfet qui met Madame Le Maire au tribunal administratif pour "excès de pouvoir".

Ainsi que précisé sur la délibération, Il ne s'agit pas de défendre " les intérêts de la Commune", mais les intérêts de Madame le Maire. Elle a commis une faute en lançant des marchés pour lesquels elle n'avait pas l'accord du Conseil Municipal. C'est du pénal.

Le préfet a vraisemblablement conseillé à Madame Le Maire de tenter d'annuler ces marchés en conseil municipal Elle a tenté de le faire en CM du 13 novembre 2019, ce que nous avons refusé à la quasi unanimité. (voir plus haut cliquer ici).

Maintenant elle demande que nous prenions en charge les frais d'avocat. Il n'y a strictement aucune raison que ce soit le contribuable qui paie. JE VOTERAI NON !

Bernard Jantac

 

Retour haut de page

 

Le 27 décembre 2019. Le transfert de compétence qui ne passe pas.

CCCSMtitre

Page 2 de l'Indépendant du 27 décembre 2019:

CCCSM_eau_assainissement

Les communes réfractaires ont parfaitement raison de s'inquiéter du futur prix de l'eau. Cette mutualisation engendrera un inévitable lissage, à terme, du prix de l'eau pour l'ensemble de la Communauté, certainement pas vers le bas.

L'immense tort de Michel MAFFRE c'est d'avoir voulu cacher un certain nombre d'éléments. Parmi ceux-ci le problème de la station d'épuration de Claira. Au moment du D.O.B. j'ai longuement évoqué ce sujet et c'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai refusé de voter le budget de Claira. De plus, j'ai amicalement rencontré Michel MAFFRE , en mai et juin dernier en Mairie de Pia, pour l'avertir de ce problème. Je lui ai remis une note de calcul d'évaluation qui fait apparaître l'obsolescence de notre installation.

Pour exemple, extrait de cette lettre :

"A titre corrélatif :

La STEP de Claira, qui possède une zone commerciale de 36 hectares et une zone artisanale de 9 hectares a une capacité de traitement de 4750 E/H équivalent habitant, pour 4159 habitants INSEE base 2015

La STEP de Pia : 12 000 E/H pour 8982 habitants INSEE base 2015

La STEP de Salses le Château, qui ne possède pas de zone commerciale identique à Claira : 5000 E/H ) pour 3517 habitants INSEE base 2015

La STEP de Rivesaltes : 14 000 E/H pour 8814 habitants INSEE base 2015

La STEP de Saint Laurent de la Salanque : 16 000 E/H pour 10422 habitants INSEE base 2015

Cette simple lecture comparative des dimensions de stations d’épuration devrait suffire à te convaincre du bien fondé de mon affirmation."

Ce courrier intégral est disponible en cliquant sur le lien.

En tant que Conseiller Communautaire de Claira, j'ai voté, à l'instar de mes collègues Clairanencs, pour ce transfert parce que cette mutualisation des services va dans le sens de l'histoire. Même, s’il faut le reconnaître, cela ne va pas dans le sens de la solidarité. Pour être clair comme les élus de Pia et de Claira, nous préférons faire porter, par l'ensemble de la Communauté de Communes, le poids de ces investissements. Ce n'est pas très correct, mais la responsabilité de cela incombe exclusivement à Michel MAFFRE, qui n'a pas tout dit à tout le monde au moment du vote.

Bernard Jantac le 27 décembre 2019

 

Retour haut de page

 

Le 2 janvier 2020. L'opposition a du bon ! Enfin on respecte la loi à Claira !

Vu ce jour 2 janvier 2020 sur l'Indépendant :

attribution12a2

Après plusieurs interventions de ma part et de celle de Marc PETIT, l'opposition s'est faite entendre à propos des marchés publics. Il a fallu rappeler à Madame Le Maire, qu'il existait certaines procédures du fait qu'elle ne disposait plus de délégation. Comme par exemple, faire appel à la Commission d'Appel d'Offres, élue en début de mandat, pour notamment l'analyse des marchés publics.

Je constate que la loi est enfin respectée à Claira, puisque même les avis d'attributions sont publiés sur l'Indépendant. Mieux vaut tard que jamais. A quelques semaines de la fin de cette mandature, je vous laisse en juger par vous-même.

 

Bernard Jantac, le 2 janvier 2020

 


Retour haut de page